Le produit a bien été ajouté à votre panier
Continuer Commander

Porno vs. réalité : les 5 choses que vous ne savez (peut-être) pas

Catégories : Plaisir du couple , Plaisir féminin , Plaisir masculin

Porno VS réalité

Le porno.
S’il y a une industrie qui se porte bien, et qui ne cesse de croître, c’est bien celle-ci.

En quelques chiffres seulement, il faut savoir qu’actuellement près d’1 site Internet sur 3 est consacré à des vidéos pornographiques, et que 35 % de tout ce qui est téléchargé sur Internet est en rapport avec l’industrie du sexe (films, photos, clips de Miley Cyrus et j’en passe) ; ces sites pour adultes accueillent pas moins de 28 000 visiteurs, dans le Monde, chaque SECONDE.

Site Web

C’est également une industrie qui pèse très lourd, puisqu’elle rapport chaque année 200 millions d’euros en France et 10 milliards de dollars (vous avez bien lu) aux USA. 

Bref vous l’aurez compris : le porno est partout, tout le monde en a déjà consommé, et ce n’est pas près de s’arrêter.

Pourtant, chères lectrices et chers lecteurs, on nous ment ! Non, ce que l’on voit dans des millions de vidéos sur PornHub, xHamster et compagnie ne reflète pas la réalité, et il est temps de rétablir la vérité pour qu’enfin certains mythes s’effondrent !

Non parce que ça peut sembler anodin vu de loin, mais à cause de tout ça certain(e)s en viennent à avoir des exigences qui dépassent l’entendement, et espèrent grimper au Septième Ciel « comme à la télé ».

Les principales différences entre le porno et la vraie vie réelle de tous les jours

  1. La taille du pénis : alors on va tout de suite mettre les points sur les i, Mesdames et Messieurs, NON un pénis de 24 cm n’est pas la norme. En moyenne, et d’après des études tout à fait sérieuses effectuées par des gens qui sont payés pour mesurer des pénis (on vit dans un Monde formidable), un sexe masculin en érection mesure entre 13 et 15 cm*. Et c’est une moyenne, ce qui signifie que certains hommes peuvent être mieux membrés mais que d’autres le sont également moins bien

    taille pénis

    Mais tout ceci n’a finalement pas vraiment d’importance, pour deux raisons : il n’y a pas de taille idéale, à partir du moment où votre partenaire prend du plaisir c’est que c’est la bonne taille ; et puis, avec un engin de 24 cm, croyez-nous, les possibilités sont vite limitées car peu de partenaires pourraient l’accueillir.

  2. Les préliminaires et la durée du rapport : là c’est pareil, dans tous les films porno les acteurs et les actrices sont chauds-bouillants au bout de 10 secondes de préliminaires, et passent à l’acte sans plus attendre pour enchaîner sur 50 minutes de voltige. Mais ne vous y trompez pas ! Dans la vraie vie réelle de tous les jours c’est même plutôt l’inverse, toutes les femmes ne sont pas prêtes à se faire secouer dans toutes les positions possibles et imaginables pendant trois-quarts d’heure après seulement 2 petites minutes d’exercice oral.

    Durée rapport

    Prenez le temps de bien faire les choses, respirez un coup, ça va bien se passer on est là (enfin, pas pendant l’acte lui-même hein, là ce serait bizarre). En moyenne, une personne a besoin d’une quinzaine de minutes pour se sentir d’attaque, et puis c’est un moment de complicité agréable alors profitez-en ! Quant à la durée moyenne d’un rapport, à partir du moment où commence la pénétration, là encore les chiffres parlent d’eux-mêmes : 75 % des hommes éjaculent en moins de 10 minutes, dont pratiquement un-tiers qui envoie la sauce en moins de 5 minutes**.

    Ah ça remet pas mal de choses en perspective tout de suite, hein !

  3. Le nombre de positions : dans les films porno, les acteurs sont capables d’enchaîner les positions avec une telle aisance qu’on dirait une chorégraphie Just Dance. Et vas-y que je te fais la toupie moldave, et que j’enchaîne avec la brouette indienne, et hop en amazone, puis une petite levrette claquée… alors qu’en vrai, on va pas se mentir, si vous vous amusez à décliner tout le Kāmasūtra en moins de 10 minutes vous avez de fortes chances de passer pour un gros bourrin.

    Kamasutra

    Là encore prenez votre temps, échangez avec votre partenaire également pour savoir ce qui lui plaît ou non, trouvez vos deux ou trois positions préférées et alternez d’un rapport à l’autre. Mieux vaut matrîser les valeurs sûres, que se ridiculiser et épuiser votre moitié en voulant passer pour le Rocco SIFFREDI du bled.

  4. Le moment de l’éjaculation : dans le porno, il est très courant voire systématique que Madame soit adepte de l’éjaculation faciale, et accepte même d’avaler la semence de son partenaire de jeu comme l’on avale un croissant avec son verre de jus d’orange au petit-déjeuner. Dans la vraie vie réelle de tous les jours, eh bieeeeeeeeen… pas tant que ça. Le mieux, Messieurs, est d’en parler avec elle avant de tenter quoi que ce soit, ça évitera les mauvaises surprises. Parce que toujours d’après différents sondages réalisés ces dernières années, seules environ 22 % des femmes acceptent que leur partenaire éjacule sur leur visage, et environ 30 % se disent prêtes à avaler ledit sperme***.

    Éjac

    Si dans les films c’est une pratique commune, c’est tout simplement parce que c’est visuel ; ça indique au cinéphile attentif que oui, l’homme a pris du plaisir et n’a pas triché. Ni plus, ni moins.

  5. Les pratiques sexuelles marginales : dans le monde merveilleux et fascinant du porno, tout le monde est toujours ok pour faire n’importe quoi. Plans à trois avec la meilleure amie de votre femme sur laquelle vous fantasmez depuis des années, doubles pénétrations en veux-tu en voilà, se taper le chauffeur de taxi parce qu’on n’a pas d’argent sur soi, ou même tout simplement pratiquer la sodomie… en vrai, tout ceci reste rare, même pour la sodomie qui finalement n’a déjà été essayé que par un peu moins de 40 % de la population. Les fameux plans à trois, eux, n’ont tenté que 9 % des femmes de 25 à 34 ans***. C’est peu. Mais c’est la vie !

    pratiques marginales

    Alors ne vous enflammez pas trop lors de votre prochain entretien d’embauche, il y a peu de chance (de risque ?) pour que votre employeur vous saute dessus et vous demande de donner de votre personne pour faire vos preuves. Mais au final, c’est quand même plutôt rassurant non ?

Clap de fin

Voilà pour les différences majeures entre ce que l’on peut voir dans des films porno, et ce qu’il se passe réellement dans les lits des gens au quotidien. Il y aurait probablement d’autres points à mettre en lumière, mais là je peux pas, j’ai mon cours d’aqua poney qui va commencer.

Ce qu'il faut surtout retenir c'est que tout ça, ce n’est que du cinéma, et il ne viendrait à l’idée de personne de vouloir reproduire des scènes de The Expendables ou Arrête-Moi si Tu peux, dans la vraie vie… donc il n’y a pas plus de raisons de croire que ce que l’on peut voir dans un film pour adulte est réalisable pour le commun des mortels. Le but premier de ces films est de divertir et donner du plaisir, d’une façon bien à eux, et ça ne va pas plus loin que ça ; que vous ayez 18 ou 50 ans, il n’y a rien de mal à consommer du porno mais vous ne devez pas prendre pour argent comptant ce que vous y voyez (par exemple, il n’est pas du tout garanti que votre partenaire aime se faire gifler ou insulter en Allemand pendant l’acte, donc là encore la communication est de mise et par défaut privilégiez la tendresse).

À ce propos, vous noterez que peu de films porno (en tout cas, peu relativement au nombre total de films qui existent) mettent en scène des actrices et des acteurs qui utilisent un moyen de contraception comme le préservatif. Là encore, cela peut être dû au fait que le côté brutal et sauvage est plus vendeur, mais nous tenons à rappeler à tout le monde qu’il est important d’avoir des rapports protégés surtout lorsque c’est avec une personne que vous venez de rencontrer ou « de passage ».
Ne mettez pas votre santé en jeu et ne prenez pas de risques inutiles !.

Mais comme à chaque fois, la parole est désormais à vous ! Avez-vous déjà eu affaire à un ou une partenaire qui avait visiblement regardé un peu trop de films pornographiques et avait des attentes démesurées ? Quelles sont les demandes les plus loufoques ou insolites que l’on vous ait faites ?

N’hésitez pas à commenter, à partager cet article s’il vous a plu, et pour ma part je vous donne rendez-vous la semaine prochaine !

 

* Étude publiée dans le Journal of Sexual Medicine puis reprise par l'Académie Nationale de Chirurgie
** Étude de L'Observatoire du Couple
*** Enquête "Contexte de la sexualité en France", réalisée entre 2006 et 2016 par l'INSERM, l'INED, le CNRS et l'INVS

-------------------------

Vous aimerez aussi:

- La masturbation au sein du couple

- Alternatives aux films porno: 10 idées pour se chauffer

- Top 10 des choses à ne jamais faire au lit

- Sexe, nudité et jeux vidéo

- Les préliminaires amoureux en couple

You must be register

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire