Le produit a bien été ajouté à votre panier
Continuer Commander

Green Sex : Ma transition sexuelle éco-responsable

Catégories : Plaisir du couple

Venez découvrir ma transition vers le green sex, une manière de prendre soin de soi en toute circonstance.

À force d’entendre tous les jours que la planète va mal, j’ai décidé de radicalement changer mes habitudes en matière de sextoys et autres lubrifiants afin de contribuer à mon échelle à l’écologie. 

J’ai donc décidé d’étendre mes gestes écologiques jusqu’à mes activités érotiques

Découvrez comment je suis passé au green sex grâce aux différentes thématiques que j’aborde :

  • Qu’est-ce que le Green sex ?
  • Pourquoi j’ai voulu passer au green sex ?
  • Les grands principes du green sex
  • Green sex, sextoy et érotisme
  • Les différentes pratiques écosexuelles
  • Dans la nature
  • La contraception et le green sex

Vous allez sûrement vous demander “le green sex'' qu’est-ce que c’est au juste?” Et bien en français ça donne le sexe vert. Dit autrement, c’est la sexualité qui permet de conjuguer ses convictions écologiques à sa vie sexuelle. 

Mais pas que ! C’est également décider de prendre soin de son bien-être intime en faisant attention à  que l’on utilise pendant nos ébats amoureux. Car oui, certains sont néfastes pour notre bien être.

Ma transition sexuelle verte, c’est aussi me réapproprier mon corps et “bodypositiver” en pimentant ma sexualité avec des jouets érotiques et des produits éco-responsables. Parce qu’être maîtresse de mon plaisir et le vivre pleinement, c'est bien, mais en respectant ce qui nous entoure, c'est encore mieux ! 

Alors tel Watson, le défenseur écologique des mers et des océans, je t’embarque sur mon sea shepherd à la découverte du sexe en mode bio!

Au fond le green sex, c’est le sexe en version écologique ?

Vivre le Green sex, c’est avant tout prendre conscience que toutes nos activités du quotidien ont un impact. C'est décider de mettre en place des gestes écolos et  simples dans nos ébats érotique

L’éco-sexualité, c'est choisir de sélectionner des articles de bien-être vert et de son propre corps

Alors moi, j’ai choisi de changer la donne et de me renseigner sur tout ce que je pouvais mettre en place pour vivre mon érotisme en mode vert.

C'est décider de faire du bien à la terre tout en se faisant du bien à soi en mettant en place différentes actions. 

Pratiquer le “sexe vert” passe donc par la façon de réfléchir à l’énergie que nous consommons au moment où nous pratiquons nos ébats sexuels. 

C’est aussi se renseigner sur la composition de tous les articles intimes que nous voulons acheter afin de satisfaire nos désirs les plus fous. 

Dans ma vision de la question, je sélectionne des jouets érotiques qui ont un plus faible impact sur l’environnement de leur fabrication jusqu’à la fin de leur utilisation. Je vais donc favoriser des matières à la fois recyclables et hypoallergéniques. Je regarde aussi l’emballage pour choisir ceux où il y en a le moins.

En bref, c’est introduire à notre sexualité les gestes du quotidien que bon nombre d’entre nous appliquent déjà en matière d'écologie. 

C’est par exemple : 

  • Décider de favoriser tout ce qui est naturel jusqu’à notre table de chevet, 
  • Éteindre la lumière pendant nos ébats, 
  • Penser à recycler intelligemment ses jouets intimes préférés, 
  • Regarder la composition des crèmes de plaisir et autres lubrifiants.

La liste pourrait être encore longue. Comprenons simplement que tout cela n’est pas sorcier. 

Cela, demande juste une prise de conscience, comme le commandant Cousteau après son passage en Antarctique, ainsi que du bon sens dans les actions vertes qu’il est possible de mener.

Pourquoi ai-je voulu passer au “sexe vert” ?

Ça fait déjà plusieurs années que nous savons que les choses vont mal : réchauffement climatique, fonte des glaces, disparition d’espèces menacées … 

Alors oui, on a changé nos habitudes dans nos gestes du quotidien comme :

  • Trier nos déchets,
  • Utiliser des ampoules basse consommation, 
  • Consommer AB et éthique que ce soit ce que l’on mange où ce qu'on se met sur la peau, les cheveux…  

Ce que j’oubliais dans la liste ? Mes pratiques sexuelles seule ou avec mon conjoint, les lubrifiants ou jouets intimes que j’utilisais. 

En plus de la pollution que ces jouets érotiques pouvaient produire, je me suis demandée quelles conséquences néfastes étaient-ils susceptibles de générer sur ma santé et mon confort intime.

Mon bébé, ma prise de conscience

Il y a environ 5 ans, je venais de coucher ma petite et je rejoins mon conjoint sur le canapé. En zappant sur les chaînes TV pour trouver une émission afin de profiter de notre détente quotidienne du soir, nous tombons sur le début de Cash Investigation. 

Maman d’une petite fille de 3 ans, le sujet traité a retenu toute mon attention puisqu’il parlait des poisons contenus dans les objets et la nourriture du quotidien que nous servons à nos bébés. 

J’apprenais que des perturbateurs endocriniens comme le phtalates, le bisphénol A, le paraben, termes qui m’étaient déjà familiers étaient souvent présents dans les tétines et sur les jouets que nos bambins mettent dans leurs bouches à longueur de journée pour découvrir le monde qui les entoure.

Pour la nourriture, l’émission parlait beaucoup des pesticides présents dans les petits plats industriels dont nos chérubins raffolent comme la bouillie carotte épinard. 

Tous ces poisons sont responsables d’une hausse des cancers infantiles qui pointent souvent leur nez quelques années après, les privant de vivre pleinement les meilleures années de leur enfance.

Les différents problèmes liés à mon âge et à mon environnement

J’ai tenté de retranscrire toutes ces données à mes habitudes de consommation. 

Je suis une femme de 32 ans, pacsée et maman d’une petite fille, travaillant essentiellement devant un ordinateur dans un bureau. 

Donc non, je n’ai pas tous les jours le temps d’aller récolter des fruits et légumes à la ferme locale afin de cuisiner des plats 100% sain à ma famille. 

Je ne peux pas non plus passer trois heures dans le supermarché le samedi après-midi à éplucher tous les composants de chaque produit que je mets dans mon cadi. 

Mon besoin de prendre soin de mon corps

J’aime prendre soin de moi et me sentir désirée. Cela passe par porter de jolies choses, mais aussi de prendre soin de ma peau à travers l’utilisation de cosmétiques, de crèmes anti-âge, ou encore pour la beauté de mes cheveux. 

Prendre soin de mon corps, c’est aussi lui faire du bien en lui donnant du plaisir au travers de ma sexualité. Sauf que pour être épanouie de ce côté-là, un coït nu à deux avec mon mari ne me suffit pas toujours. 

Même à 32 ans passés, je ressens toujours et encore le besoin de pimenter ma vie sexuelle, d’introduire de la nouveauté avec :

  • des jeux érotiques, 
  • des sextoys, 
  • des ambiances, 
  • des accessoires coquins… 

Bref, j’aime faire l’amour et y prendre beaucoup de plaisir ! 

Sauf que… Comment conjuguer mes plaisirs charnels avec ma conscience écologique et mon envie de participer à la sauvegarde de notre écosystème ? 

La tâche me paraissait compliquée.

En tant que femme moderne et forte, je ne me laisse pas abattre aussi facilement ! À force de me renseigner, de réfléchir et de prendre des infos par-ci, par là, j’ai découvert qu’il existe un mouvement qui y avait déjà pensé. 

Après de nombreuses recherches, j’ai décidé de me lancer dans la grande aventure du sexe écolo.

C’est parti  pour vivre ma vie sexuelle à fond les ballons tout en faisant du militantisme vert à la Leonardo DiCaprio. Avec un peu de chance, il me lira et s’invitera peut-être sous mes draps pour mon plus grand bonheur. Enfin sa version jeune de préférence ;)

Mes grands principes écolos, en action même sous la couette

De prime abord, on pourrait se demander en quoi nos pratiques sexuelles sont polluantes ? 

N’est-ce pas là une activité parfaitement naturelle ?

Oui sauf que nos pratiques sexuelles de femmes et d’hommes modernes, c’est bien plus que ça. Nous consommons beaucoup plus qu’une simple relation entre deux personnes. 

Après avoir pris conscience de ça, j’ai commencé par mettre en application les gestes les plus basiques pour vivre ma sexualité la plus en harmonie possible avec l’écologie.

Éteindre les lumières

Ça peut paraître bête, mais avec mon conjoint on avait tendance à se prendre pour Louis XVI et Marie-Antoinette en faisant l’amour comme si nous étions à Versailles. 

Nous avons donc décidé de réintégrer l’obscurité en éteignant les lumières pendant nos ébats.

Autant vous dire qu’on a redécouvert de nouvelles sensations avec nos autres sens qui se sont décuplés : 

  • Le sens du toucher avec les caresses et les bisous sont redevenus bien plus électriques. 
  • Sentir plus intensément l’odeur de mon mari en humant sa peau ou son parfum est un véritable régal.
  • La force érotique du bruit en concentrant mon écoute sur sa fréquence cardiaque qui augmente au fur et à mesure de son excitation. 

Cependant, mon mari est très visuel et adore me voir dans de beaux ensembles de lingerie. Je dois avouer que j’aime aussi beaucoup voir son désir s’allumer dans ses yeux...

La solution écolo pour un éclairage coquin ? 

Des bougies pour remplacer les lumières de notre chambre. 

Une ambiance tamisée est l’invitation parfaite à la coquinerie. En plus de créer un jeu de lumière, la bougie est parfaite pour créer une atmosphère au gré de nos envies. 

Après une rude journée de travail, quel plaisir de partir pour la Polynésie où dans les Caraïbes avec une bougie parfumée au Monoï ou à la noix de coco comme celle de Be sensual. J’adore aussi éveiller notre odorat avec des parfums plus aphrodisiaques qui intensifient l'érotisme dans la pièce comme les bougies parfumées au gingembre et à la cannelle.

Mon astuce écolo est de choisir des bougies de massage qui ont une double fonction et m’évite d’acheter des huiles avec un emballage en plus, pour nos massages sensuels. Pour être encore plus vert, je fais attention à la matière du contenant que je choisis réutilisable. ;)

Le jeu du chat et de la souris

Quand je suis d’humeur joueuse, plonger dans le noir est l’idéal pour jouer à une belle partie de cache-cache/jambes en l’air

Je m’amuse à m’éclipser dans un coin de la maison afin que mon mari me cherche dans l'obscurité. Entendre ses pas se rapprocher et sa respiration de plus en plus haletante me fait tressaillir d’excitation. 

Quel bonheur au moment où il me trouve de sentir son désir contre moi se durcir quand il m’attrape. Je prends même un malin plaisir parfois à le surprendre en l’attendant avec un vibromasseur pour me stimuler ou un joli plug anal coincé entre mes fesses.

La douche à deux c’est mieux

La douche à deux est un autre principe écolo que nous mettons en application

C’est un moment exquis de faire corps ensemble en sentant l’eau rouler sur notre peau, de se savonner l’un l’autre sensuellement avec un savon bio. 

Le but ici est de se glisser à deux sous la pluie du pommeau pour ne faire couler l’eau qu’une fois plutôt que de passer dessous chacun notre tour. 

Prendre une douche à deux, c’est l’occasion de se redécouvrir nu l’un et l’autre. Que j’aime pouvoir regarder mon mari sous toutes ses coutures et sentir le désir s’allumer dans ses yeux au fur et à mesure qu’il me scanne en tenue d’Ève de haut en bas. 

Je vous laisse imaginer que ces petits moments d’intimité et de connexion dérapent souvent.  Alors pour rester dans le mood, on fait bien attention à ne pas laisser l’eau couler telles les chutes du Niagara pendant nos ébats sous la douche en éteignant le robinet.

Le linge de lit écolo pour les galipettes

Même si nous adorons effectuer nos galipettes un peu partout dans la maison, mon conjoint et moi, nous vivons 80% de notre vie sexuelle dans le confort de notre lit.

Ici, pas question de renier mes principes. Je vous disais plus haut que les tissus et textiles peuvent être truffés de perturbateurs endocriniens.

  • Pour le linge de lit, j’ai opté pour des draps en coton pour l’hiver, et en lin pour l’été en observant bien la composition des matières présentes dans le traitement du tissu. J’ai également favorisé tout ce que je consomme en mode circuit court en regardant les fabricants présents autour de moi.
  • Pour le matelas, nous avons sélectionné un matelas avec des matières naturelles et un revêtement en coton. Nous avons constaté depuis avoir retrouvé une meilleure qualité de sommeil. Ces matelas ont une plus longue longévité que des matelas synthétiques. Ils sont bon aussi pour la planète puisque les matières sont peu polluantes et on le garde plus longtemps.

Les sextoys et articles érotiques se mettent au vert

Comme vous le savez déjà, ma sexualité passe aussi par le sextoy, et donc spontanément, je pense aux déchets liés à cette activité

En poussant ma réflexion un peu plus loin, je réfléchis aussi aux éventuels problèmes que je pourrais rencontrer si je ne fais pas attention à ce que j’insère en moi.

Le recyclage des sextoys, une vraie problématique du quotidien

Tout d’abord, le sextoy, comme n’importe quel objet du quotidien, nécessite d’être fabriqué avec un processus industriel de transformation et d’assemblage des matières. 

De nombreux jouets érotiques sont aujourd’hui fabriqués dans des matières difficilement recyclables :

  • Revêtement plastique et silicone qui rend difficile l’accès aux autres composants. Pas sûr que les usines de recyclage perdent du temps à ouvrir nos jouets préférés. À cela s’ajoute la difficulté de recyclage de ces matériaux.
  • Petits moteurs pour les vibrations alimentés par un chargeur électrique ou des piles.
  • Composants électroniques divers

Aujourd’hui, encore beaucoup de personnes lleurs disent adieu en les jetant dans la poubelle des déchets. J’ai moi-même fait face à ce dilemme un jour. Je me suis demandée à qui le confier afin qu’il reste à l’abri des regards indiscrets de mes voisins et des éboueurs si je le jette dans la poubelle jaune…

Avant de commettre l’irréparable, j’ai cherché sur internet s’il existait des solutions de recyclage et bingo, j’ai trouvé que certains distributeurs proposaient de les ramener ou de les envoyer par colis lorsqu'ils sont usagés.

Un sextoy écolo, c’est quoi ?

Il existe dans les fabrications de jouets intimes, des alternatives plus respectueuses de l’environnement et de notre bien-être intime selon les matières qui le composent, les méthodes de rechargement et d’assemblage de ce dernier, voire par l’absence de certaines matières comme les colles.

Les matières écologiques

Se poser la question de la matière utilisée dans nos sextos est primordiale. Elle est déterminante pour la sensation de contact que l’on a avec notre peau et nos muqueuses. Les matières écologiques que nous retrouvons dans nos jouets érotiques :

  • Le bois, 
  • La silicone et bioplastique, 
  • Le verre et en pyrex 
  • Le métal comme l’inox
  • Les pierres minérales

La méthode de rechargement

La méthode de rechargement est très importante aussi quand on réfléchit à la manière écologique de consommer les vibromasseurs. 

  • Certains sont équipés d’une batterie rechargeable qui donne plus d’autonomie au jouet et nécessite de moins souvent le recharger. 
  • Pour aller plus loin dans sa transition sexuelle verte, on peut aussi opter pour des jouets se rechargeant à l’énergie solaire. Il suffit de les mettre au bord de la fenêtre, sur le balcon ou la table de jardin la journée, et c’est parti pour une “Green Night Fever” torride.
  • Le plus écologique reste le sextoy sans moteur comme des boules de geisha en inox ou encore des plugs en verre. Il ne nécessitera pas de rechargement, c’est donc de l'énergie économisée.

La méthode d’assemblage du jouet 

Un jouet érotique plus écolo va être assemblé de manière que les pièces et les matières puissent être désossées aisément et ainsi facilité le recyclage de chaque pièce. La plupart des sextoys ont encore un revêtement difficile à démonter du fait de la technique utilisée pour obtenir la forme du jouet souhaitée De nombreux progrès sont encore à faire de ce côté-là. 

Le Womanizer Premium Eco est le parfait exemple d’un assemblage de pièces pensé pour le recyclage. En plus d’avoir abandonné le silicone au profit du biolène, matière naturelle provenant de l’amidon de maïs, les différentes parties du jouet sont vissées et tout se démonte facilement. Il est donc facilement possible de retirer la batterie pour pouvoir la changer quand cette dernière rend l’âme par exemple

Mes conseils pour bien choisir son sextoy écolo

Même si j’ai troqué les jouets en plastique de ma fille chérie pour des jouets en bois traités naturellement, j’avoue avoir une préférence personnelle pour les matières en silicone écoresponsable. Parce que j’apprécie plus les matières douces et plus souple au toucher que n’offrent pas vraiment les sextoys en bois ou en verre. 

Celles qui apprécient les matières dures et qui veulent vivre à fond l’écologie, seront peut-être plus enclines à les apprécier. Pour le savoir, il faut tester ce qui vous plaît et ne pas hésiter comme moi à passer en boutique pour voir et toucher ce qui se fait sur le marché. Passer ce cap, vous serez mieux ce qui vous convient et il sera plus facile de commander en ligne par la suite.

Les vibromasseurs, ma préférence à moi

Grande fan de vibrations, je préfère les vibromasseurs électriques aux jouets statiques. Ils m’aident plus facilement à faire monter l’excitation, à ressentir des sensations de plaisir fortes et même très souvent d’atteindre l’orgasme

Comme je l’ai dit précédemment, le mode de rechargement est très important. Je choisis plus souvent des sextoys à batterie rechargeable et je délaisse autant que possible ceux nécessitant des piles.

Vous devez vous demander pourquoi je ne privilégie pas les jouets à énergie solaire ? Parce que le chargement reste dépendant de la météo. Ils seront toutefois parfaits pour celles vivant dans des endroits très ensoleillés ou encore en utilisation estivale.

Sans vibration, c'est plus écolos

Cependant, j’adore aussi de temps en temps utiliser un plug anal en inox ou encore mon œil de Yuni 100% fabriqué avec des pierres minérales. Il est parfait pour solliciter mon énergie intérieure comme les pierres énergisantes que je sème un peu partout à la maison.

Les pratiques éco-sexuelles

Les massages éco-responsable

Pour se faire du bien et ne pas surconsommer, mon conjoint et moi apprécions beaucoup de s’octroyer de temps en temps des petites sessions de massages pour faire monter la température entre nous. 

Dans ces cas-là, nous avons trouvé la solution pour nous créer un spa home made éco-responsable. On prépare un petit thé vert organique saveur gingembre pour le côté aphrodisiaque avant de commencer les caresses. 

On évite de mettre de la musique pour la consommation d’électricité mais si vous habitez à la campagne ouvrir les fenêtres sera l’opportunité de vous enivrer à deux des bruits présent à l'extérieur de chez vous

Pour les citadins, vous pouvez aussi attendre que l’orage gronde car le bruit de la pluie, je ne sais pas vous, mais pour moi il n’y a pas plus relaxant.

Au niveau de l’huile de massage, on adore varier les senteurs et les bienfaits. Mais je la sélectionne toujours AB, de fabrication française et éthique

On utilise aussi beaucoup les bougies de massage comme dit plus haut, ce qui permet à la fois de nous masser et de nous éclairer.

Lubrifier avec du certifié AB

Femme trentenaire, j’ai parfois des problèmes de sécheresse vaginale. Le lubrifiant s’impose donc à presque chaque rapport sexuel avec mon époux. 

Là aussi il est important de faire attention à ce que l'on utilise. En supermarché ils n’ont pas toujours une composition exempte de tout reproche. Parmi les perturbateurs endocriniens on retrouve le paraben qui peut causer bon nombre de problèmes au niveau des parties intimes.

Je favorise donc toujours des lubrifiants bio à base d’eau qui sont plus naturels et respectent mes petites muqueuses à l’entrejambe. Pour la pollution, j’évite les flacons en plastique et favorise ceux en verre

Mariée et ayant posé un stérilet après la naissance de ma fille, il nous arrive aussi d’utiliser de l’huile de coco naturelle qui ne présente aucun danger pour notre peau et nos muqueuses. Attention toutefois pour celles et ceux qui utiliseraient des préservatifs pendant leurs rapports, l’huile de coco est à proscrire puisqu’elle dégrade le latex et pourrait conduire à une grossesse non désirée ou une transmission de MST.

La masturbation non polluante

Eh oui, la masturbation peut elle aussi être une activité polluante. Avec mon mari, il nous arrive parfois de nous masturber l’un devant l’autre ou même seul chacun de notre côté. Il parait que c’est très bon pour la santé !

On ne va pas se mentir, pour faire monter l’excitation, la force de l’image aide fortement quand on se masturbe. Qui dit image, dit consommation de magazines ou de films et vidéos pornographiques. Et ça, ce n’est pas très écologique…

Il faut éviter les magazines qui polluent énormément puisqu’ils consomment du papier, qui est en plus traité avec de la chimie. Après, rien ne vous empêche d’en avoir un ou deux que vous réutilisez à chacune de vos sessions plaisir. Mais il faudra éviter à tout prix d’aller acheter une nouvelle bible coquine tous les jours chez votre marchand de journaux. 

Pour les vidéos et films pornographiques, le problème est qu’ils nécessitent d’avoir un écran allumé qui consomme de l’énergie. Regarder du porno, c’est aussi encourager une industrie qui n’est souvent pas très rose d’un point de vue déontologique

Alors si l’imagination n’est pas votre dada et que vous avez besoin d’un coup de pouce pour prendre votre pied, préférez le porno éthique et féminin comme celui proposé sur le site d’Erikalust. 

Il faudra aussi penser à bien éteindre votre téléviseur ou votre ordinateur une fois la partie de plaisir terminée.

Une fois que vous avez atteint l’apothéose, les mouchoirs et le papier toilette biodégradables en papier recyclé ou encore la petite serviette à main, sont les outils indispensables du militant vert du sexe pour essuyer son éjaculat.

Comment rendre la pratique du BDSM plus verte ?

Même si nous ne sommes pas ce qu’on pourrait appeler un couple libertin, mon mari et moi, nous aimons de temps en temps nous adonner à des parties BDSM ensemble

J’adore par exemple, quand il prend le contrôle de mon corps en me ligotant aux barreaux du lit et jouer au jeu du maître et la soumise. Mais là encore la pratique du BDSM ne semble pas la plus vertueuse d’un point de vue écologique.

Afin de verdir la pratique, je vais éviter les tenues en cuir et en latex qui vont de pair avec l’image qu’on se fait du BDSM et je favorise de la lingerie sexy qui rentre dans la thématique. 

Pour ce qui est des autres accessoires, nous remplaçons la cravache et le fouet par de bonnes petites fessées à l’ancienne avec les mains. En ce qui concerne l’accessoire de bondage pour se ligoter, on a choisi un cordage simple en fibres naturelles.

Et si nous allions jusqu’au bout du concept : Faire du sexe dans les champs, green ou pas green ?

Au premier abord, on pourrait penser que cela revient à faire l’amour dans les champs entouré de plantes vertes. Comme je vous l’ai dit précédemment, c'est bien plus que ça. 

Cependant, j’avoue qu’il est bon parfois de sortir des quatre murs de son chez-soi pour prendre un bol d’air coquin que ce soit dans son jardin ou au détour d’une promenade en campagne ou à la mer.

Communier avec la nature

L’amour dans la nature est une véritable expérience sensorielle pour se sentir en communion avec l’environnement

Quand nous allons nous promener en extérieur avec mon mari et qu’il nous prend la folle envie de se jeter l’un sur l’autre, quel bonheur de se sentir en communion avec la nature et l’écosystème qui nous entourent. J’ai la véritable impression que c'est un retour aux sources. Adam et Ève, seuls au monde dans le jardin d’Éden… 

Entre la brise caressant votre peau, le bruit des oiseaux qui chantent, les odeurs et les tout ce que vous sentez vous effleurer, c’est une véritable explosion de saveurs que de faire l’amour dehors.

Les bons gestes anti-pollution

Cependant, là encore, pour que la pratique du sexe en extérieur reste en adéquation avec mes idées, il ne faudra pas bien sûr laisser ses déchets sur la scène de crime comme les mouchoirs en papier, serviettes et préservatifs par exemple. Pour être écoresponsable, on ramènera avec nous ces petites choses, pour les jeter dans une poubelle dédiée à cet usage.

Il faut aussi faire attention aux endroits où vous décidez de poser vos petites fesses pour faire votre affaire. En effet, on évite de s’allonger ou de s'asseoir sur les plantes et la végétation au risque de détruire la flore parfois fragile ou même des plantes rares. Le mieux sera de se poser sur de l’herbe, sur du sable ou encore faire ça debout appuyé contre un arbre ou dans la mer à califourchon sur votre partenaire.

La contraception, le casse-tête chinois de la militante écolo

La contraception fait partie de notre vie sexuelle puisque c’est elle qui nous permet d’éviter des grossesses non désirées ou encore la transmission d’IST. 

Personnellement, j’ai opté pour le stérilet sans hormones en cuivre à la suite de mon accouchement. Mais au détour d’une conversation avec des collègues de bureau pendant la pause déjeuner, j’ai compris que la contraception pouvait être une véritable source d’angoisse chez les femmes, autant pour la santé que pour la pollution que celle-ci génère.

La pilule, fléau écologique?

La pilule qui reste le moyen privilégié par bon nombre de femmes en plus de tous ses effets secondaires sur la santé, semble polluer énormément.

Le fait que les plaquettes sont à renouveler à chaque cycle menstruel demande une grosse production de la part des usines pharmaceutiques et donc engendre de la pollution.

Ajoutez à cela que le rejet d’hormones de synthèse dans les urines quand nous allons aux toilettes pourrait être à l’origine d’une féminisation de l’ADN de certains poissons menaçant les espèces qui n’ont plus assez de mâles pour se reproduire.

Les préservatifs peuvent-ils être écolos?

Les préservatifs ne peuvent pas vraiment être écologiques puisqu’ils sont à usage unique et finissent dans la poubelle. Donc on ne répond pas vraiment au principe du zéro déchet. Et eux aussi ont parfois des produits chimiques pas toujours respectueux de la flore vaginale.

Cependant c’est la seule méthode encore aujourd’hui qui permet de se protéger des MST pendant un rapport. 

Il existe aujourd’hui quelques fabricants qui se sont lancés dans la conception de préservatif sans substances toxiques et biodégradables en caoutchouc et latex naturel végétal  qu’on peut facilement retrouver sur internet.

Les méthodes dites “naturelles”: solution ou prohibition?

J’ai une collègue qui nous a avoué ne pas utiliser de méthode de contraception classique car elle ne les supporte pas pour en avoir testé plusieurs et n’arrive pas à prendre du plaisir avec son compagnon avec un préservatif.

Elle utilise une méthode naturelle qui est la technique du retrait. Son compagnon se retire avant l’éjaculation.

Mais on voit bien en l'écoutant que c’est une véritable source d’angoisse. Elle se sent obligée de faire régulièrement des tests de grossesse. Cette technique présenterait plus de 20% d'échecs.

Elle s'était renseignée sur une autre méthode appelée la méthode de Billings qui consiste à surveiller sa température et en observer sa glaire cervicale. Mais la technique nécessite 

  • de se prendre la température à heure fixe tous les jours, 
  • de connaître son cycle menstruel sur le bout des doigts 
  • de ne pas se laisser tenter par le sexe n’importe quand

Même si ces méthodes seraient les plus écologiques, elles restent les moins efficaces

Et rappelons-nous qu’avoir un bébé pollue énormément, alors ce n’est pas sûr que l’on ressorte du match vainqueur en utilisant ce genre de méthodes.

Mon avis sur mon expérience éco-sexe 

Le sexe vert, c’est au final de nombreuses problématiques et de questions à se poser sur la façon dont nous consommons le sexe. 

Je suis extrêmement ravie depuis que j’ai commencé mon militantisme vert au lit en mettant en place de nombreuses actions. D’autant plus que, beaucoup de ces actions sont extrêmement simples à mettre en œuvre. Vous n’aurez aucunement besoin de lire trois volumes d’encyclopédie pour y arriver.

Aujourd'hui, je me sens toujours aussi épanouie dans ma sexualité avec mon homme pour ne pas même dire plus. J’irais même jusqu’à dire que j’ai l’impression d’avoir recouvré des parties érogènes de moi jusqu’à maintenant endormies. Cela doit être dû fait que je sois plus respectueuse de mon intimité. 

J’ai aussi la sensation d’avoir augmenté mon pouvoir féminin et de mieux me réapproprier mon corps en lui faisant du bien avec des choses naturelles. 

Et tout ça en respectant l’environnement !

Sources utilisées :

https://www.terrafemina.com/article/contraception-naturelle-comment-se-proteger-ecolo_a339332/1
https://positivr.fr/womanizer-premium-eco-jouissance-ecoresponsable-sex-toy-sponso/
http://maternite.chru-lille.fr/wp-content/uploads/2018/12/Fiche_perinat_alimentation.pdf
http://tim-petit-d-homme.over-blog.com/article-biberons-et-tetines-dangers-41542946.html
https://reporterre.net/Le-scandale-des-biberons-a-l-oxyde-d-ethylene-mais-si-des-alternatives-sans
https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-2-fevrier-2016_1286821.html
https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2019/polluants-du-quotidien-donnees-inedites-chez-les-enfants-et-les-adultes
https://www.tediber.com/matelas/conseils/matelas-bio
http://www.neoplanete.fr/les-sex-toys-prennent-la-parole-produits-chimiques-phtalates-plastique/
https://www.fourchette-et-bikini.fr/sexo/les-meilleurs-sextoys-ecologiques-66456.html
https://www.francetvinfo.fr/sante/sexo/perturbateurs-endocriniens-dans-les-preservatifs-phtalates-dans-les-sextoys-le-guide-pour-eviter-une-saint-valentin-empoisonnee_2596770.html