Le produit a bien été ajouté à votre panier
Continuer Commander

Livraison à domicile le jour même !

Pour toute commande passée avant 10h du lundi au vendredi si vous habitez en zone privilège.

Mon adresse est elle en zone privilège ?

Livraison à domicile le jour même !

Pour toute commande passée avant 10h du lundi au vendredi si vous habitez en zone privilège.

Test d'éligibilité de mon adresse

Différences entre les diverses pratiques du sexe libre

Publié le : 04/09/2020 09:00:00 | Catégories : Plaisir du couple , Plaisir féminin , Plaisir masculin

On sait toutes et tous ce qu'est le libertinage... Enfin, du moins dans les grandes lignes. Mais savons-nous réellement comment est construite cette pratique ? Est-ce une pratique dîtes "perverse", bousculant notre culture de la monogamie imposée notamment par la religion ? L'équipe de Body House vous propose dans cet article de vous immerger dans un univers (peut-être) jusque-là inconnu, et de (re)découvrir le monde du libertinage et ses nombreuses alternatives.

Le libertinage 

Basons nous avant tout sur la définition du Larousse, histoire de partir sur une base solide. Le célèbre dictionnaire définit le libertinage comme, je cite : "Quelqu'un qui mène une vie dissolue, qui est de mœurs très libres". Bon, ça ne nous avance pas tellement. Le libertinage, pour commencer, remonte aux alentours du XVIIIe Siècle et était associé aux personnes qui remettaient en cause les dogmes établis, notamment ceux liés à la religion, refusant une soumission à l'Église.

Ainsi, ce mépris de la société attirait énormément les élites, se désignant eux-mêmes comme des libres-penseurs et s'affranchissant de l'éthique religieuse et sociale, d'où le terme "libertinage". Il s'agissait donc de personnes raffinées, cultivées et ouvertes d'esprit y compris en matière de sexualité. De là, de nombreuses œuvres littéraires érotiques abordant la notion de libertinage en découleront, comme "Justine" écrit par le marquis de Sade, ou bien "Les Liaisons Dangereuses" de Laclos.

Le libertinage est avant tout un état d'esprit abordant tout les sujets, sexualité comprise bien entendu, de façon libre, sans dogme ni question de morale. Loin de la vision "perverse et malsaine" qui lui est souvent attribuée, c'est un courant sexuel libre, et surtout consenti entre les partenaires, qui peut revêtir plusieurs formes que nous allons bien entendu décortiquer.

Les différentes pratiques de sexe libre

Comme vous vous en doutez, la sexualité libre recèle de nombreuses variantes, qui conviennent ou non en fonction des envies et des besoins de chacun(e). Nous en aborderont seulement 4 ici, les plus répandues, mais rien ne vous empêche par la suite de vous renseigner par vous-même :

  • Le côte-à-côtisme

Le côte-à-côtisme, malgré son nom un peu étrange, part d'un principe plutôt simple : faire l'amour avec son ou sa partenaire pendant que de l'autre côté du lit, ou bien de la pièce, un autre couple s'adonne à la même activité que vous. Ainsi, ce sont deux couples ou plus qui pratiquent le coït au même moment, et au même endroit.

Attention cependant : il est interdit de toucher l'autre couple, hormis avec les yeux bien entendu. Cette pratique est souvent une étape de transition vers l'échangisme, pour de nombreux couples ayant besoin de pimenter leur vie sexuelle.

  • Le mélangisme

Disons que le mélangisme est un cran au-dessus du côte-à-côtisme. Vous prenez la même situation, avec toujours nos deux couples qui font l'amour chacun dans leur coin, mais avec le mélangisme il est autorisé de se mêler à l'autre couple sans pour autant qu'il y ait la moindre pénétration.

Il est autorisé de toucher, d'embrasser et de caresser les autres participants, et selon les couples il est même tout à fait envisageable de pratiquer des fellations et des cunnilingus. Seule la pénétration reste un privilège exclusif à votre partenaire officiel.

  • Le candaulisme

Les personnes libertines qui pratiquent le candaulisme ressentent une excitation à voir et/ou entendre leur partenaire temporairement partagé(e) avec d'autres personnes.

Le terme de candaulisme vient du roi de Lydie Candaule qui, trouvant sa femme extrêmement belle, vantait ses charmes à son garde du corps Gygès et l'invita un jour à s'en convaincre par lui-même. Alors Gygès, un jour, se cacha derrière la porte de la chambre nuptiale et assista au coucher de la reine, qui dormait nue. La Reine, découvrant le voyeur et pensant qu'il s'agissait d'un mauvais coup de son mari, décida de se venger ; elle convoqua alors Gygès et lui offrit l'alternative d'être exécuté ou bien de tuer Candaule, lui permettant d'accéder au trône et de l'épouser. Ce qu'il finit par faire, après de nombreux refus.

L'Histoire c'est bien, mais dans la pratique alors, qu'est-ce que ça donne ? En clair, cela veut dire qu'une personne est sexuellement excitée par le fait de regarder son ou sa partenaire avoir des rapports sexuels avec une autre personne. C'est une sorte de voyeurisme en somme, et non un adultère comme certain(e)s pourraient le penser car les partenaires sont consentants, aussi bien l'actif que l'observateur.

  • Le cuckolding

Le cuckolding est un dérivé du candaulisme, plus tourné vers le BDSM. Je m'explique : le terme vient du mot anglais "cuckold", qui veut dire "cocu", et qui provient lui-même du mot " cuckoo" qui signifie "coucou". Ce dernier mot fait référence au célèbre oiseau, dont la femelle va pondre dans le nid d'un autre. Ce serait donc un mélange de ces deux mots qui, au fil des décennies, aurait créé le mot "cuckolding".

Cette pratique consiste à regarder son ou sa partenaire en plein ébat sexuel avec un(e) autre, comme dans le candaulisme, mais y ajoute une notion d'humiliation supplémentaire. En effet, le ou la partenaire insulte, rabaisse, et voire même attache l'observateur, offrant un réel sentiment de domination sexuelle.

Attention : bien que le mot vienne du mot anglais "cocu" cela peut prêter à confusion, car la personne observatrice n'est pas cocufiée. Ici les partenaires sont toujours consentants, c'est une demande qui émane de l'un comme de l'autre, contrairement à l'adultère qui consiste à cacher à l'autre les aventures sexuelles que l'on peut avoir à droite et à gauche.

  • L'échangisme

Pour terminer, abordons la notion que vous attendiez toutes et tous, certainement la plus connue de toutes : l'échangisme. Il s'agit de la pratique la plus répandue en France.
L'échangisme consiste à accepter l'échange total des partenaires, par exemple entre deux couples qui s'échangent mutuellement leur partenaire pour une durée précise, pénétration incluse.

Cela peut prendre diverses formes, comme :

- "4" : pour signifier une proximité et une participation permanente de tous les participants, comme lors d'une orgie ;

- "2+2" : pour désigner une séparation physique par paires, avec permutation possible ;

- "3+1" : c'est-à-dire que 3 personnes sont actrices dans l'acte sexuel, et la dernière reste en observation, se rapprochant du candaulisme ; 

- et bien d'autres possibilités encore au fur et à mesure que le nombre de participants augmente, et que les envies de chacun et chacune surgissent.

L'échangisme ne peut bien entendu être abordé qu'à partir d'un nombre minimum de personnes, qui est de 4. Si un couple décide d'inclure une tierce personne à leurs ébats par exemple, on appelle cela un triolisme, et non de l'échangisme.

Ainsi, en France ce ne sont pas moins de 7 % des individus qui ont déjà eu une expérience libertine, soit environ 4 millions de personnes, selon un sondage Ifop ! Ce sont des pratiques qui attisent la curiosité d'un grand nombre de gens, allant jusqu'au franchissement des portes d'un club libertin pour les plus téméraires.

Il existe bien sûr encore beaucoup d'autres pratiques liées au libertinage, comme le gang bang, l'exhibitionnisme, le triolisme, etc. Cela fera peut-être un autre sujet d'article de blog, si celui-ci vous à donné envie d'en découvrir un peu plus sur le milieu libertin.

N'hésitez pas à nous donner votre avis dans les commentaires, ou bien à nous raconter votre vision du sexe libre. Et nous on se retrouve vendredi prochain pour un nouvel article !